10-08-2017 : le retour

Aujourd’hui,  il faut se lever un peu plus tôt. RDV au petit déjeuner à 7h15. Les enfants avaient râlé la veille, mais finalement, ils étaient là, à l’heure. Le départ se fait rapidement et selon le scénario envisagé. Nous rejoindrons l’aéroport en métro. Nous partons à l’heure de pointe et on peut avoir une idée de ce que peut être un métro grouillant de monde si l’on fait un changement à People’s Square (station vraiment très étendue) pour prendre la ligne 2 (celle qui est la plus chargée du métro shanghaien). Il faudra laisser passer un métro pour pouvoir entrer à 5 avec nos sacs. Mais finalement, ça le fait.

A l’aéroport, Laurent a droit à une fouille complète de son sac parce que la machine de l’enregistrement aurait détecté quelque chose. En fait, ça doit être dans un autre sac, celui d’Augustin par exemple. Cela prend un peu de temps. A cela, il faut ajouter, le stress que génère un trajet en avion sur Timothée, sujet au mal de l’air. Il commence donc par vomir dans une des poubelles du duty free. On peut avoir quelques craintes pour les 17 heures à venir. Finalement, après les contrôles sécuritaires, nous sommes prêts à embarquer : pas de temps mort.

Timothée arrive à dormir pendant les 3/4 du Shanghai-Moscou. Ensuite, c’est plus compliqué sur tout le reste du trajet. Nous voyant récupérer quelques airsickness bags en sortant du premier vol, une hôtesse nous donne une quinzaine de sacs, c’est bon on va pouvoir gérer la suite. Timothée a dû en consommer une dizaine.

Arrivée à Paris à l’heure, bagages disponibles dès la sortie du contrôle d’immigration et voiture de location prête : nous sommes à Courcelles avant minuit.