29-07-2017 : temples et palais

Aujourd’hui est une journée au programme pas vraiment établi. Nous décidons donc de prendre le petit-déjeuner à l’hôtel (formule buffet indécente) mais bon, nous sommes calés pour la journée.
Après quelques hésitations, nous nous mettons en route vers le Palais d’été. C’est à 1h30 de l’hôtel dont 1h de métro. C’est un parc immense avec de nombreux édifices et un lac qui occupe les 3/4 de la surface. La circulation sur l’eau est presqu’aussi encombrée que dans la rue. Le plus remarquable : une allée couverte de 700 mètres de long décorée de 4444 tableaux différents.

Pour perpétuer la tradition

Le Samedi, c’est bondé de touristes chinois à 99 % .
La pagode en marbre est une autre curiosité du palais d’été.

L’enchaînement des salles à l’entrée se fait sur des espaces largement moins étendus que ceux de la Cité interdite et rend l’endroit plus agréable.


Au retour, en touristes consciencieux, nous visitons le Temple des Lamas, où Augustin et Timothée s’improvisent bouddhistes pour le plaisir de faire brûler de l’encens comme tout le monde.

Parmi les nombreuses représentations de Bouddha, celle de 26 mètres de haut taillée dans un seul tronc de santal est celle qui sans doute la plus impressionnante. Difficile à retranscrire en photo, elle est dans un temple et il n’y pas de recul.
Le temple de Confucius est très proche, nous enchaînons donc la visite. Pour y arriver, nous parcourons un hutong un peu plus animé que celui que nous avions visité la veille. Le Temple de Confucius nous présente quelques statues du vieux sage bien mises en valeur et sans doute quelques-unes de ses célèbres pensées mais en chinois seulement.


Le soir, nous nous remettons en route vers le Nord en quête d’un restaurant.
Ce soir encore nous avons créé l’attraction. Nous avons mis un peu de temps à réaliser qu’il s’agissait d’une formule exclusive fondue chinoise. Ce que nous prenions pour une soupe était le bouillon de la fondue. Là encore la traduction en ligne a bien aidé les serveuses à l’anglais défaillant (ou le touriste incapable de comprendre / s’exprimer en chinois). Finalement nous avons eu un repas correct et mémorable pour tous. Parmi nous, certains assurent mieux que d’autres avec les baguettes, mais des pâtes bien molles dans un bouillon un peu gras, c’est quand même pas facile.

Les fourchettes sont rapidement arrivées sur la table.
Sur le chemin de retour, nous faisons un petit passage par le supermarché alimentaire, c’est toujours riche d’enseignements et nous y achetons le petit-déjeuner du lendemain (pour les parents), les enfants préfèrent aller au Mac Do tout proche (un échec de plus dans l’éducation) .