30-04-2015 : visite aux couturières

Francoise nous avait proposé de rendre visite aux couturières de bout d’phil. Ça permet à Hélène de revoir quelques-unes de ces dames, et aux enfants de voir ce qu’est une maison basique aux Philippines. Celles chez qui on peut aller sont sorties des bidonvilles.
Françoise et Ramil viennent nous chercher et on se retrouve dans… les bouchons.(rapellez vous, nous sommes à Manille !)après 1h30 à 2h de « heavy traffic » nous nous retrouvons chez Rose, qui reconnait Hélène. On voit aussi une de ses fille qui a 16 ans. Hélène lui dit qu’elle l’a vue quand elle était toute petite. Et elle lui répond
-je me rapelle de toi
-tu avais un an, c’est pas possible !
-si, j’ai des photos de toi
– ……..
Nous avons du prendre un soft drink et des gâteaux achetés pour l’occasion, et nous avons du décliner le plus poliment possible l’invitation à déjeuner, car nous étions attendus chez d’autres couturières.

P1060375P1060364
Là, contrairement aux bidonvilles il y a assez de recul pour prendre des photos.
Un de ses petit fils trouve que Laurent a vraiment un grand nez comparé au sien !
P1060367
Nous nous rendons chez d’autres couturières à 1h d’embouteillage de là.
Nous n’échappons pas aux gâteaux et au soft drink, et comme précédemment on nous montre où se trouve la machine à coudre.
Retour chez Françoise vers 13h45, où Rose Marie nous attendait pour nous servir le repas. Les enfants ont réussi à manger avec appétit malgré les 2 « merienda ».(ils retrouvent leurs racines : un philippin a toujours faim )
Là on refait une photo de Timothée sur le « carabao » comme 7 ans plus tôt. Le caraboa n’a pas grandi lui….

P1060383
Les enfants ont passé le reste de la journée à la piscine.
Nous sommes retourné au food court dans la soirée, car ils avaient encore faim. On a laissé Timothée se débrouiller seul à un stand avec des sous pour demander ce qu’il voulait.(chacun avait choisi un plat dans un stand différent) pas compliqué juste demander: « menu number 3 ». Oui, mais on est au Philippines. Ce plat était « out of stock » il lui a fallu choisi autre chose.
Tout en mangeant avec appétit il nous a raconté ce qui s’était passé.
Vu sa conversation en anglais, la dame lui demande s’il parle tagalog.
Non.
Bicolan ?
Non.
Visaya ?
Non.
So what is your language ?
French.
Elle était plutôt surprise, ne pouvait pas l’aider mais en bon philippin Timothée est revenu avec de quoi manger.
P1060386