05-08-2021 : art moderne et art classique

05-08-2021 : art moderne et art classique

Initialement il était prévu de faire une croisière dans l’archipel qui borde Stockholm, mais l’idée d’être passifs plusieurs heures d’affilée ne nous a pas convaincus. En repli, nous programmons le musée d’art moderne et une visite un peu plus poussée de la vieille ville que nous avions parcourue rapidement le premier jour.

Le musée d’art moderne se trouve sur l’île de Skeppsholmen. Ça tombe bien, nous n’y sommes jamais allés. On y accède par pont couronné qui offre une belle vue sur la ville.

Ce qui doit justifier le nom du pont
Vue de l’autre côté

Le musée en lui-même a quelques salles remarquables (Picasso, Duchamp, Dalí, Ernst), et aussi d’autres beaucoup plus difficilement accessibles à notre sensibilité.

Une œuvre qui interroge Timothée, essai de tonalités

A l’issue de notre visite, nous nous mettons en route vers Gamla Stan – rien à voir avec Gangnam Style – et passons devant le National Muséum. Comme nous avions pas mal de temps devant nous, nous y entrons, juste pour voir. Nous y avons passé 2 heures !

Entre Hélène et Timothée, au fond, le Musée National

A l’heure où nous passons, il y a la relève de la garde. Rien de bien impressionnante, mais un peu de folklore opportuniste.

Enfin, la vieille ville. On tombe sur la place qui est sur le bandeau d’accueil du site et faisons un arrêt snack.

Voir en tête de site

Retour sans se presser à l’hôtel en parcourant la vieille ville.

04-08-2021 : vas’y Vasa

04-08-2021 : vas’y Vasa

Ce matin il y a beaucoup plus de monde qu’hier au petit-déjeuner. La personne en charge d’orchestrer cela est plus agréable que celle de la veille mais moins efficace. On parvient à survivre néanmoins, mais Timothée n’a pas pu avoir son bacon à temps.

Au programme de la journée, le musée historique et le musée Vasa.

Le Musée historique L’itinéraire vers le musée était assez simple, mais sur le plan, les espaces verts sont bien indiqués mais il n’est pas précisé qu’ils peuvent être cachés par des immeubles… Il a fallu consulter le plan à plusieurs reprises pour s’assurer que nous étions toujours sur la bonne route.C’ est à la fois un musée d’histoire et d’économie. La partie économie était consacrée à l’hyperinflation, mais il s’agissait essentiellement de parties à lire assez peu illustrées. On constate que quand une monnaie ne vaut plus grand chose, on peut en faire n’importe quoi. Comme ce sac en billets.

Sac en billets
Musee historique

Pour la partie historique, on retrouve l’organisation suédoise. Au sol, une frise temporelle. On part des temps reculés et on avance vers l’époque contemporaine. Impossible de reculer, comme dans un magasin Ikea. Pour savoir à quelle époque on se trouve, il suffit de regarder sous ses pieds. Le Musée très riche, difficile de faire le tri et d’en ressortir quelques pièces maîtresses.

Le Musée Vasa.
C’est certainement une des curiosités modernes les plus connues de Stockholm. Il s’agit d’un navire de guerre qui date de 1628 et qui n’a fait que 20 minutes de navigation avant de couler dans le port. Le bateau n’a pu être renflouer qu’en 1961 puis a subi une longue période de restauration – pour empêcher le bois de pourrir une fois à l’air libre. La visite est à la fois impressionnante et instructive, tout le monde a apprécié.

03-08-2021 : découvrir Stockholm

03-08-2021 : découvrir Stockholm

Pour le petit déjeuner, il faut réserver son créneau de 45 minutes. Aujourd’hui, nous avons choisi celui de 8:45. La salle du petit déjeuner est dans une cour intérieure couverte par une immense verrière, des conditions idéales pour commencer la journée. La moitié des chambres donnent sur cette cour.

Salle du petit déjeuner
Le buffet du matin
Verrière
A l’intérieur mais à la lumière du jour

Nous descendons notre rue commerçante pas trop encombrée en ce début de matinée. La vieille ville – Gamla Stan – est au bout de la rue – dans 1,5 km.

Le palais royal sous bonne garde

Les ruelles sont étroites et ombragées – on aurait préféré être au soleil, il fait à peine 20 degrés de matin. Mais la promenade est plaisante. On arrive au palais royal, et sur recommandation des guides, nous visitons les armureries royales. Une belle collection d’armures, d’épées et de vêtements d’apparat. Le plus insolite est sans doute l’exposition de calèches en sous-sol.

Dans la vieille ville

Dans les zones que nous visitons, on trouve une densité impressionnante de trottinettes électriques, avec un système de location très simple : il suffit d’une application installée sur le téléphone et le tour est joué. Je vois une trottinette libre, je la déverrouille et quand j’ai terminé ma course, je l’abandonne sans oublier de cliquer sur l’appli pour dire que c’est fini. Facturation à la minute.

De retour à l’extérieur, nous poursuivons notre marche vers Djugården, l’île où se trouvent de nombreux musées. Notre destination, le musée Skansen, qui a la particularité d’être en plein air. On y trouve un concentré de l’habitat suédois au fil du temps. Les bâtiments sont d’époque et proviennent de différentes régions. Ils ont été déplacés. Pour compléter le tableau, certains sont animés par des personnes en costume.

Une des fermes du musée
Ici la lessive comme jadis

02-08-2021 : le départ

02-08-2021 : le départ

L’avion doit décoller à 19:20 de Roissy. Au moment du déjeuner, on se décide pour un départ à 17:00 de la maison, ce qui nous laissera une petite marge pour les surprises.
Vers 16:30, Laurent constate qu’il y a quelques bouchons sur la route. On décide alors d’anticiper le départ de quinze minutes. C’est sous des trombes d’eau que nous quittons Courcelles en laissant le soin à Augustin de fermer derrière nous. Lui reste en attendant ses vacances entre potes dans quelques jours. La pluie diluvienne ralentit la circulation drastiquement et nous sommes à l’arrêt après avoir fait 6 km. Waze nous indique bien quelques routes moins encombrées mais nous mettons quand même une 1h15 pour arriver à la station essence de Roissy pour faire le plein avant de rendre la voiture. L’enjoliveur de la trappe du réservoir saute au moment de faire le plein – c’est bien une chose qu’on ne vérifie pas au moment de prendre la voiture – et il n’y a personne chez Hertz à qui expliquer la situation au moment de restituer la voiture.
Nous faisons la queue pour le drop-off mais chez SAS c’est la même que pour enregistrer. Il n’y a pas encore de file dédiée pour ceux qui étiquettent eux-mêmes leur bagage, donc aucun gain de temps. Nous sommes les derniers de la file et le vol est fermé avant que le bagage de Timothée soit enregistré. L’hôtesse obtient que le vol soit réouvert le temps de saisir le dernier bagage, mais Timothée n’est pas sûr de récupérer son sac à l’arrivée 😬.

L’avion ne décolle finalement qu’à 19:45. Nous atterrissons à 22:00 soit à peine 15 minutes de retard. On récupère les bagages sans attendre. Notre taxi, qui selon Booking Rides devait nous attendre avec notre nom sur un panneau, n’est pas là, mais nous avons reçu un SMS pour le joindre. 5 minutes plus tard, le chauffeur nous appelle et on voit un gars au loin faire des signes avec son téléphone à la main. Notre nom devait être sur l’écran mais vu la taille du téléphone et la distance, tout cela ne servait à rien. 35 minutes plus tard nous arrivons à l’hôtel, plutôt agréable et situé sur une des artères commerçantes de Stockholm, Drottninggatan.

A cette heure, presqu’aucun restaurant n’est ouvert. On arrive à commander quelques pizza in extremis que nous avalons rapidement.